Trente ans après, je suis amer…

Déposé le 25/04/2014 | par Rescapés catastrophe de Liévin | sur la catastrophe 1974- Catastrophe minière (Liévin)

Trente ans après, je suis amer : j'ai dû redescendre au fond quinze jours après.

 

Les images

Les ressources

Liens externes

 
 

« Le 27 décembre 1974, je suis descendu avec mes camarades. Parmi eux, V, S, H et tous les autres. Au fond, j'étais responsable de l'outillage. Ainsi je m'étais rendu dans le coffre à outils pour y préparer des « arrosettes ». D'un coup une déflagration colossale m'a projeté contre les parois du coffre où je me suis fortement claqué le genou. La porte du coffre s'est refermé violemment et j'ai réalisé immédiatement qu'il s'était passé quelque chose de grave.
J'entendais, à quelques pas, crier V et H. Quand j'ai ouvert la porte du coffre il régnait une atmosphère très dense en poussière et j'eus beaucoup de mal à respirer.Je suis quand même parvenu à rejoindre mes deux camarades et nous sommes remontés. A l'infirmerie, on m'a donné des premiers soins et dans l'agitation, j'ai oublié de déclarer ma blessure au genou, ce qui par la suite, m'a valu beaucoup de démêlés. Après plusieurs opérations, j'ai en effet aujourd'hui un genou en plastique. Trente ans après, je suis amer : j'ai dû redescendre au fond quinze jours après. On m'a même demandé de récupérer les habits de mes camarades morts durant la catastrophe. Ma blessure au genou n'a jamais été reconnue. Bref, on ne m'a pas fait de cadeaux. "

http://centriris.com/catastrophe%20hbnpc/page13.php

Période

Vendredi 27 décembre 1974 au Vendredi 27 décembre 1974

Intensité

3

Commune

Liévin  

Autres témoignages sur la catastrophe

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    « Une chance comme celle là on n’en a pas deux dans sa vie »

    Ce vendredi là, Anna S n’a pas entendu sonner son réveil. C’est donc à jeun, en pestant un peu que son mari Stéphan s’est rendu à la fosse, au 3 de Lens à Liévin. Quand il est arrivé au fond à moins 710 m dans le chantier des Six sillons il était un peu plus de 6 h du matin. Il a décidé de d’abord casser la croûte. C’est sous une encoignure qu’ils se sont assis un collègue et lui. Ils ont sorti les tartines. Quelques minutes après tout explosait

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    Je n'ai rien oublié…

    D'un coup dans un bruit d'une puissance formidable, je fus projeté à terre par le souffle d'une explosion et je sentis voler en éclats juste au-dessus de moi un nombre incalculable de débris de toutes sortes. Complètement "sonné" je me retrouvai dans un brouillard de poussière très dense ou j'avais beaucoup de mal à respirer. Je restais immobile incapable de bouger.

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    Trente ans après, j'ai encore la gorge serrée …

    J'avais terminé mon travail sur ce secteur et m'apprêtais à remonter sur mon vélo quand dans un bruit terrible, pire qu'un coup de canon, je fus projeté au sol. Ma jambe heurta une masse métallique. Je me retrouvais dans le noir absolu car tout avait disjoncté et il y avait tant de poussière partout que ma lampe ne dégageait plus qu'un minuscule halo de lumière.

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    La mine a causé bien des malheurs…

    Vers lOhOO, ma patronne qui écoutait la radio m'avait dit "Savez vous Josiane qu'il y a eu une catastrophe dans une mine" puis une cliente était arrivée et on n'avait plus parlé de ça...

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    Je ne me suis jamais vraiment remise…

    "Mon mari avait comme un pressentiment, il n'avait rien dit mais je le sentais... Le 26 décembre, on avait rendu visite à toute la famille comme s'il voulait dire au revoir à tout le monde

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    mon père n'aurait pas aimé me voir comme ça !

    "A l'époque, j'avais trois ans mais je garde quand même de vagues souvenirs de mon père : des choses qu'un enfant remarque. Je le revois heureux dans sa voiture ou s'occupant avec amour de ses pigeons. De la catastrophe en elle-même , je ne me souviens pas du tout.