Trente ans après, j'ai encore la gorge serrée …

Déposé le 22/04/2014 | par Rescapés catastrophe de Liévin | sur la catastrophe 1974- Catastrophe minière (Liévin)

J'avais terminé mon travail sur ce secteur et m'apprêtais à remonter sur mon vélo quand dans un bruit terrible, pire qu'un coup de canon, je fus projeté au sol. Ma jambe heurta une masse métallique. Je me retrouvais dans le noir absolu car tout avait disjoncté et il y avait tant de poussière partout que ma lampe ne dégageait plus qu'un minuscule halo de lumière.

 

Les images

 

"Au fond, des galeries communiquent d'une fosse à l'autre. J'étais électromécanicien non pas à la fosse St Ame mais au 19. Le matin du 27 décembre 1974, j'étais descendu à 4h30. Ma mission consistait à vérifier le câblage en cette période de fête. J'avais donc parcouru en vélo, les deux kilomètres de galerie qui mènent du 19 à la fosse St amé tout en vérifiant les circuits électriques. J'ai vu ainsi descendre les camarades qui, pour beaucoup, allaient mourir. J'avais terminé mon travail sur ce secteur et m'apprêtais à remonter sur mon vélo quand dans un bruit terrible, pire qu'un coup de canon, je fus projeté au sol. Ma jambe heurta une masse métallique. Je me retrouvais dans le noir absolu car tout avait disjoncté et il y avait tant de poussière partout que ma lampe ne dégageait plus qu'un minuscule halo de lumière. Je n'osais bouger car j'avais peur que le toit ne s'effondre sur moi. J'avais mal, la poussière me remplissait la bouche, les oreilles... J'avais une soif terrible mais, à tâtons dans le noir, je me rendis compte que ma musette, avec le choc, s'était répandue partout. Je n'avais donc plus rien à boire. Un temps plus tard, je ne sais plus combien au juste, un tracteur venu du 19 faillit m'écraser. Son conducteur eut juste le temps de m'apercevoir à temps dans la poussière qui commençait lentement à se dissiper. Il m'aida à monter sur l'engin et me ramena au 19.
Quand je fus remonté, un ingénieur m'interpella pour savoir ce que je faisais au jour. Je lui annonçai qu'il y avait eu un coup de grisou et il me demanda si je n'étais pas fou. Réalisant la triste réalité, il me fit conduire en ambulance au dispensaire où je fus soigné pour ma jambe : on vida notamment un gros hématome de son sang. A 9h30 du matin, on me ramena chez moi. J'ai "posé blessé" durant deux mois et puis il a bien fallu redescendre car il me restait 18 mois avant la retraite. Durant ces heures sombres, ma femme et moi avons énormément apprécié la solidarité et le réconfort que nous ont procurés les mineurs et leurs familles, ceux que nous connaissions d'abord mais aussi ceux de toute la France. Nous avons ainsi pu recevoir une délégation des mineurs d'Auvergne. Ça nous a fait du bien à l'époque.
Trente ans après, j'ai encore la gorge serrée quand on me parle de tout ça. De moi même, j'évite d'y penser, mais je vous le dit : c'est en moi !"

http://centriris.com/catastrophe%20hbnpc/page13.php

Période

Vendredi 27 décembre 1974 au Vendredi 27 décembre 1974

Intensité

5

Commune

Liévin  

Autres témoignages sur la catastrophe

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    « Une chance comme celle là on n’en a pas deux dans sa vie »

    Ce vendredi là, Anna S n’a pas entendu sonner son réveil. C’est donc à jeun, en pestant un peu que son mari Stéphan s’est rendu à la fosse, au 3 de Lens à Liévin. Quand il est arrivé au fond à moins 710 m dans le chantier des Six sillons il était un peu plus de 6 h du matin. Il a décidé de d’abord casser la croûte. C’est sous une encoignure qu’ils se sont assis un collègue et lui. Ils ont sorti les tartines. Quelques minutes après tout explosait

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    Je n'ai rien oublié…

    D'un coup dans un bruit d'une puissance formidable, je fus projeté à terre par le souffle d'une explosion et je sentis voler en éclats juste au-dessus de moi un nombre incalculable de débris de toutes sortes. Complètement "sonné" je me retrouvai dans un brouillard de poussière très dense ou j'avais beaucoup de mal à respirer. Je restais immobile incapable de bouger.

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    La mine a causé bien des malheurs…

    Vers lOhOO, ma patronne qui écoutait la radio m'avait dit "Savez vous Josiane qu'il y a eu une catastrophe dans une mine" puis une cliente était arrivée et on n'avait plus parlé de ça...

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    Je ne me suis jamais vraiment remise…

    "Mon mari avait comme un pressentiment, il n'avait rien dit mais je le sentais... Le 26 décembre, on avait rendu visite à toute la famille comme s'il voulait dire au revoir à tout le monde

  • Rescapés catastrophe de Liévin | 22/04/2014

    mon père n'aurait pas aimé me voir comme ça !

    "A l'époque, j'avais trois ans mais je garde quand même de vagues souvenirs de mon père : des choses qu'un enfant remarque. Je le revois heureux dans sa voiture ou s'occupant avec amour de ses pigeons. De la catastrophe en elle-même , je ne me souviens pas du tout.