l’inondation causée par la tempête Xynthia le 27 février 2010

Déposé le 13/06/2012 | par ihmec2 | sur la catastrophe 2010 - tempête Xynthia(Poitou-Charentes, Pays de la Loire)

« Là on se rend compte que l’on n’est pas du tout préparé face à un évènement de cette ampleur : on n’a pas de PCS, on n’a jamais fait d’exercice, etc. » M. Noël Faucher, Maire de Noirmoutier-en-l’île (Vendée)

 
 

Le 27 février, à 17h, une alerte orange puis rouge en provenance de la préfecture a été communiquée à la mairie. Nous étions attentifs mais pas particulièrement inquiets ; l’île de Noirmoutier est exposée aux vents dominants, et a déjà vécu des inondations. C’est lorsque j’ai été prévenu dans la nuit, que des débordements étaient en train de se produire un peu partout sur le territoire communal, que j’ai pris conscience qu’il ne s’agissait pas d’un évènement habituel.
Le 28 février dès 5h30-6h, on a commencé à faire le tour de la ville et on découvrait au fur et à mesure ce qui s’était passé. Il a fallu organiser la réponse à l’évènement : savoir par quoi commencer, quel protocole mettre en place, qui mobiliser, qui peut vous venir en aide, etc.
Nous avons subi une seule submersion, et l’écoulement naturel nous a permis d’avoir une évacuation de l’eau assez rapide, dès le dimanche après-midi. L’ampleur de l’inondation était moins importante qu’à La Faute sur mer, aux Sables d’Olonne, etc. mais le retour à une situation « normale » a pris au moins un an.

Conséquences en termes d’atteinte à l’image de marque de la commune :

L’évènement a eu un impact sur l’image de marque de la commune. Ceux qui souhaitaient investir dans le domaine immobilier sur l’île ont parfois fait preuve de prudence, voire ont carrément retiré le projet de leur tête. D’autres craignaient un « gel » de toute autorisation de construire, juste après la tempête. Il y avait une véritable inquiétude car notre économie est basée en grande partie sur la construction et la rénovation. Tout en étant respectueux des zones d’aléa, notre territoire a 14 000 résidences et des extensions fréquentes. Nous avons un tissu bâti qui nous permet de maintenir une activité artisanale assez conséquente, avec toutes les activités en amont et en aval (agences immobilières, entreprises de production de matériaux, etc.). Par conséquent, tous les professionnels de ce secteur étaient inquiets."
Sources - CEPRI - Guide du Maire

Période

Samedi 27 février 2010 au Dimanche 28 février 2010

Intensité

4