« Il est 20h20. Je pars de chez moi à Cagnes-sur-Mer et prends la voiture pour aller dîner chez mon ami à Antibes. Il commence à pleuvoir. Je prends l’autoroute à Villeneuve-Loubet. Là, il se met à pleuvoir très fort. J’allume mes phares. Je roule à 25km/h maximum. Il pleut de plus en plus, je ne vois pas devant moi. Je mets mes warnings. Je roule à 5 ou 10km/h, pas plus... J’ai vu ma dernière heure arriver. Je tenais ma petite médaille de Lourdes dans la main. Je la serrais fort. Devant moi, la pluie faisait un rideau d’eau. Je me suis dit « Ce n’est pas possible, je ne vais pas m’en sortir vivante ». L’eau montait sur la route jusqu’au capot. Un mètre d’eau au moins. Je n’ai jamais vécu un moment aussi long. J’avançais très lentement pour gagner la sortie de l’autoroute à Antibes. Au rond-point, les voitures s’arrêtent. Le chauffeur d’un bus nous fait des grands signes pour nous empêcher d’aller plus loin. Sous le pont, il y a deux mètres d’eau. C’est impossible de passer. Les voitures font demi-tour et reprennent l’autoroute en sens inverse, dans le sens contraire de l’arrivée. J’ai pensé que c’était la fin du monde. Une véritable apocalypse. J’ai vu ma vie défiler devant moi, par flashes très rapides : les personnes que j’ai aimées, les moments importants de ma vie. J’ai repensé à un gros accident que j’avais eu sur l’autoroute quelques années plus tôt. Tout était bloqué et bouché de partout. Je suis revenue à Villeneuve-Loubet et je suis allé à Antibes par des petites routes. Je suis arrivée à 22h30. Mon compagnon a eu peur. Il voulait partir à ma recherche pour me rejoindre. Lorsqu’il a ouvert la porte du garage, une énorme vague d’eau a déferlé sur lui et l’a renversé à moitié. Il n’a pas pu sortir sa voiture. Sur les trottoirs, il y avait des voitures dressées à la verticale. Il m’attendait devant le portail, dans la boue jusqu’aux genoux, complètement trempé. Devant, la rue était un vrai torrent. Nous avons eu très peur tous les deux. Une fois arrivés dans son appartement, nous nous sommes serrés très fort dans les bras. »
Elsa, 40 ans

Période

Samedi 03 octobre 2015 au Dimanche 04 octobre 2015

Intensité

4

Commune

Antibes  

Autres témoignages sur la catastrophe