Les images

 

Il y avait de la tempête, on adorait ça, c'était dimanche et on avait envie de prendre l'air malgré le temps. On avait envie d'aller voir le mer déchaîné, d'aller à la presqu'île de Cassis où on allait quelques fois. j'ai pris cette photo 3 mois avant l'accident, c'est à cet endroit que nous sommes tombés à la mer.

On était loin du bord, à presque 50 mètres du bord, les vagues s'écrasaient contre les rochers et l'écume arrivait à nos pieds, on est resté là 1 demi heure à regarder ce spectacle. A gauche, il y a des rochers d'environ 15 mètres de haut, on était face à la mer, et on a pas vu arriver la vague géante qui est passé par dessus le rocher de gauche, elle nous a littéralement engloutit, elle c'est enroulé derrière nous et nous a embarqué jusqu'au bord . j'ai essayer de me relever et je me suis retourné pour voir où était Vincent, il était juste derrière moi, a 2 mètres, et là une vague est arrivée et m'a emporté en mer, je ne sais pas si Vincent à été emporté ou bien s'il a sauté à l'eau pour me sauver.
Dès que j'ai sortie la tête de l'eau j'ai appelé Vincent, je ne le voyait pas, on était loin l'un de l'autre et les vagues étaient tellement grosses, on s'est parlé quelques minutes et puis il ne m'a plus répondu.
pendant ce temps, j'ai enlevé tout ce qui m'alourdissait, j'avais une grosse parka fermé, une grande écharpe qui faisait 3 fois le tour du cou, mon sac en bandoulière.
Au moment où je suis tombé à l'eau, je me suis dit, c'est pas possible, on va s'en sortir, ça ne peut pas être autrement. J'ai donc tout fait pour ça, j'ai hurler à l'aide, les vagues faisaient 5-6 mètres de haut, je ne pouvais voir la berge que lorsque j'étais sur le haut d'une vague, il pleuvait, il y avait énormément de vent aussi.
A chaque monté d'une vague je me servais de celle-ci pour prendre mon élan et mettre mes bras en l'air et crier, il n'y avait personne sur la berge.
Et puis les courants m'ont ramennés à Vincent, il flottait, les yeux grands ouverts, le visage gris, je savais. j'ai voulu le garder avec moi, je me suis demandé si je devais me laisser aller et mourir avec lui ou continuer à me battre, et puis je me suis dit qu'il aurait voulu que je me batte, il aurait dit que pour lui c'était fini, c'est comme ça, je savais qu'il aurai voulu que je m'en sorte, son corps sans vie m'entrainait vers le fond, je n'ai pas eu le choix, je l'ai lâché et j'ai continuer à me débattre dans cette mer déchaîné pendant 1 heure et demi, je continuais à me servir des vagues pour garder le maximum la tête hors de l'eau, je ne pouvais pas nager le courant était beaucoup trop fort, je me suis dit que je devais garder mes forces jusqu'à ce qu'on vienne me chercher, parce que je savais qu'on viendrait me sortir de là. Je me parlais à voix haute, je me disais:"bas-toi, continue, tu t'en sortira".
Un homme m'a vu et m'a entendu et a appeler les pompiers, pendant que je les attendait, j'ai commencé à flipper, ça été le 2ème moment le plus dur, parce que quand on sait que les secours arrivent, on voudrait qu'ils soient là tout de suite. je regardais le ciel, je tendais l'oreille, je cherchais l'hélico qui devait me sauver, mais rien, 15 minutes plus tard, 2 pompiers sont arrivés avec un zodiac, ils m'ont hisser dans le bateau et ils ont continué à chercher Vincent. je suis resté consciente du début à la fin, je leur disais que j'avais vu Vincent et qu'il était mort, mais ils ont du se dire que je délirais.
Ils m'ont ramené au port, j'ai marché jusqu'au camion des pompiers. La nuit venait de tomber. il gelait presque dehors et l'eau était a 8 degrés.
J'ai su plus tard que j'aurais due être dans le coma, ma température corporelle était tombé en dessous de 28°, mon cœur aurait du s'arrêter.
Je suis totalement indemne physiquement, je n'ai pas inhalé une goutte d'eau, mon cœur n'a subit aucun dommage, je n'ai eu aucune fracture. Je n'ai eu que quelques égratignures aux mains quand j'ai tenté de m'agripper au rocher avant d'être avalé par la deuxième vague.
Les pompiers et les gendarmes ont cherché le corps de Vincent pendant une semaine, ils ont plongés le soir même de l'accident, la tempête était encore forte. Ils ont tout fait pour le retrouver. Cette attente à été une horreur, 8 jours a attendre. Mais ils ont réussit, c'est bizarre mais ça nous à soulagé, les parents de Vincent et moi qu'ils retrouve son corps. Je crois qu'on en avait besoin pour accepter sa mort.

Période

Dimanche 14 décembre 2008 au Dimanche 14 décembre 2008

Intensité

5

Commune

Cassis