la tempête et l'inondation de 1999

Déposé le 13/06/2012 | par ihmec2 | sur la catastrophe 1999 - Tempête Lothar et Martin

« Ce qui m’a le plus touché et que je n’avais pas du tout anticipé, c’est que j’allais avoir besoin de monde autour de moi au moment de la crise. » M. Maurice Pierre, Maire d'Ambès (Gironde)

 
 

« Au début, je recevais des appels de gens qui voyaient leurs tuiles s’envoler, les lignes électriques qui étaient coupées, etc. Puis, vers 22h30 la crise s’est amplifiée. Les rues étaient transformées en véritables "passages" d’eau ; la mairie a vu défiler une trentaine de centimètres d'eau à toute vitesse. Toute la commune était inondée, avec un stockage de l’eau aux points les plus bas qui a atteint un mètre, une mise en surpression du réseau d’égout qui était saturé par endroits, causant ainsi des inondations à l’intérieur des habitations. »

Sur les conséquences économiques :

« Peu à peu, toutes les voies de communication ont été coupées. On a su le lendemain que certaines entreprises qui travaillent en flux continu, avaient été obligées d’arrêter leur outil de production parce que l’eau était rentrée dans les usines. Elles ont dû arrêter leurs machines, comme ce fut le cas de l'une d'entre elles qui fabriquait du noir de carbone. Elle a compté 3 à 4 millions d’euros de réparation. C'était un arrêt de la vie économique en même temps qu’un arrêt de la vie communale. Certaines entreprises ont rappelé des techniciens. Mais le problème qui s'est posé était l'encombrement des voies par des arbres tombés à terre ... c’était assez catastrophique.
Les dépôts pétroliers n’ont pas trop souffert, car c’était la nuit et heureusement ils n'étaient pas en activité. Pour d’autres entreprises, le fait que l’électricité soit coupée a causé d’énormes problèmes de sécurité. Plusieurs jours ont été nécessaires pour dégager les accès encombrés par les embâcles, rétablir l’électricité ... Au total, il a fallu quinze jours pour que les choses essentielles rentrent dans l’ordre.»

Sur les conséquences concernant l'image de marque d’Ambès :

« Il y a eu une certaine inquiétude, voire une sorte de répulsion de la part de gens qui voulaient venir s’installer à Ambès après 1999. Il y a 350 logements de type HLM sur la commune, et les gens invités à venir s’installer à Ambès par des offices d’HLM, étaient inquiets, et se sont rendus pour certains, à la mairie pour demander pourquoi il s'était produit une telle inondation. L’évènement était exceptionnel, on a essayé d’expliquer aussi objectivement que possible ce qui s’était passé. Hormis le fait que les maisons avaient de l’eau à l’intérieur, il n’y avait pas plus d’un mètre au point le plus bas, et surtout il n’y avait pas eu d'accident de personnes. Mais cela a eu un impact psychologique important sur les gens extérieurs à la commune.
En tant qu'habitant de la commune, on garde toujours une certaine inquiétude. Autant les anciens et les gens qui comme moi sont nés ici, savent ce qu’est la vie avec le fleuve avec une presqu’île qui n’a pas toujours été endiguée. Aujourd’hui ce n’est plus tout-à-fait une culture qui est intégrée par l’ensemble des habitants d'Ambès. »
Source CEPRI- Guide du Maire