Une vague boueuse a inondé Ille-sur-Têt

Déposé le 06/03/2013 | par MAYANE | sur la catastrophe 1940- inondations (Pyrénées Orientales)

Mme C., témoin de l'évènement, habitait à Ille-sur-Têt et avait vingt ans lorsqu'il s'est produit.

 
 

"A l'époque le Boulès n'était pas endigué, il y avait juste un petit rebord de 50 cm. Les pluies ont commencé le 16 octobre et ont perduré pendant 3 jours avec une forte intensité.
Je me trouvait sur le balcon de l'ancien poste de mise en bouteille de limonade de la marque "limonette", là où mon père et mon époux travaillaient, dans l'avenue de la gare. De ce balcon la vue était dégagée et j'ai vu arriver d'un coup une grosse vague boueuse qui se dirigeait vers eux. Le temps que je prévienne mon père et mon patron qui se trouvaient en bas du bâtiment, l'eau s'était engouffrée et les deux hommes se sont retrouvés avec de l'eau jusqu'aux aisselles (1m50 environ d'eau).
Cette arrivée d'eau était due à l'effondrement du pont qui traversait le Boulès et qui donnait en direction de St Michel de LIote formant ainsi un barrage. L'eau ne pouvait plus circuler dans sa trajectoire habituelle et s'est détournée vers le bas du village d'Ille sur Têt. L'eau s'est répandue environ jusqu'au bureau de police municipal actuel et est restée pendant environ trois jours.
Il n'y a pas eu de dégâts matériels conséquents, juste les terres agricoles ravinées et une couche de boue là où l'eau était passée. Il a fallu plus d'une semaine pour que l'électricité soit rétablie. L'autre pont, celui amenant à Corbère a perdu une arche dans le déluge et une partie de la route a été emportée.
La Têt n'a pas fait tellement de dégâts et n'a pas toucher le village. Après la crue, les Espagnols sont venus pour aider à remettre le village en ordre, réparer les ponts et les digues et récupérer la vase dans les sous-sols."

Période

Mardi 15 octobre 1940 au Vendredi 18 octobre 1940

Intensité

1

Commune

Ille-sur-Têt  

Autres témoignages sur la catastrophe