Crue meurtrière à Montpellier

Déposé le 27/02/2013 | par MAYANE | sur la catastrophe 1933- Orage (Bassin du Lez)

D'après l'ouvrage de Liliane Franck, Une rivière nommée Lez, Presses de la charité, Montpellier, 1982, p.174.

 
 

Les dégâts matériels sont considérables !». Dans la nuit du 26 au 27, démesurément grossie, elle est arrivée en trombe à Castelnau. Le courant, d'une violence inouïe, a fait sauter la vanne du barrage, puis en quelques instants il a détruit une scierie de bards, éventré le mur du magasin à blé du moulin des Guillems, projetant de nombreux sacs pleins dans un jardin voisin, disloqué et en définitive complètement rasé la guinguette Montplaisir... Hélas, à l'intérieur de celle-ci il y avait deux femmes, les énergiques propriétaires des lieux. Surprises par l'écroulement brutal de leur logis, les malheureuses ont gagné tant bien que mal à la nage le premier platane salvateur. Mais la mère, malade et âgée, vite épuisée par l'effort et l'émotion, a lâché prise, tandis que la fille, impuissante et brisée de chagrin autant que d'angoisse sans doute, est restée désespérément cramponnée à son arbre jusqu'au matin, dans l'attente des secours. Plus loin, au chemin de la Pompignane, une villa s'est effondrée sous la formidable poussée des eaux. Elle abritait neuf personnes d'une même famille. Il n'y a que deux rescapés, deux jeunes gens de 15 et 19 ans, miraculeusement sauvés eux aussi par des arbres auxquels ils ont réussi à s'accrocher !

Les Montpelliérains, hébétés, vont contempler les zones sinistrées. A Montferrier, la tannerie Goulard est anéantie. Au domaine de La Valette trois cents moutons, une centaine de porcs, des poules, des lapins ont péri. Le moulin de Sauret a perdu quatre cents quintaux de farine. Tous les jardins ouvriers amoureusement cultivés le long du Lez sont effacés. Plusieurs maisons menacent de s'effondrer et l'on doit les faire évacuer. Montplaisir est abattu, Tabarka est ruiné, les pianos mécaniques se sont tus ; pour toujours cette fois ! Peu à peu les lavandières vont déserter, les moulins vont s'arrêter, les barques vont se raréfier et disparaître...

Période

Dimanche 24 septembre 1933 au Samedi 30 septembre 1933

Intensité

4

Commune

Montpellier  

Autres témoignages sur la catastrophe