Après le choc extrême de l’annonce, il n’y a plus rien.

Déposé le 11/05/2015 | par Victime /Presse | sur la catastrophe 2015- Crash aérien A320 (Alpes Hte Provence)

Quand vous perdez un proche après une maladie, vous l’avez accompagné, là, il s’agit d’une mort sans image et sans témoin.

 

Les ressources

Liens externes

 
 

Les lieux d’une catastrophe agissent toujours comme des aimants sur les familles. Car après le choc extrême de l’annonce, il n’y a plus rien. Quand vous perdez un proche après une maladie, vous l’avez accompagné, là, il s’agit d’une mort sans image et sans témoin. Les familles des victimes ont besoin d’aller sur place pour concrétiser ce qui est arrivé en recueillant le récit des secouristes. On a montré rapidement des images prises d’hélicoptères. On a travaillé avec l’OIAC (Organisation internationale de l’aviation civile) pour établir un guide des bonnes pratiques. Les compagnies, les États se font désormais un devoir d’accompagner les proches.

Période

Mardi 24 mars 2015 au Mardi 24 mars 2015

Intensité

5

Commune

 

Autres témoignages sur la catastrophe