Commune de Cannes

J’aime l’odeur de la terre après la pluie

par Carole Barthes

Ceux qui étaient sur le trajet de la vague ont vu le niveau monter et ont assisté impuissant à l’inondation de leur maison. Au départ, ils ont tenté d’éponger, surélever le mobilier, puis se sont résignés, voyant des murs céder sous la puissance des flots. Se mettre à l’abri, se réfugier chez des voisins épargnés… et regarder le désastre se produire sous leurs yeux. Toute la nuit ils tenteront d’évacuer l’eau, de chasser la boue tant bien que mal.

Un soir sous les eaux

par Hugo Prunet

Nous étions donc voués à attendre que l’eau diminue peu à peu. Mais ce n’était pas le cas, l’eau montait encore et encore et je commençais à croire que l’étage où nous étions ne suffirait pas à nous protéger de toute cette eau qui faisait trembler la maison en s’infiltrant. Je n’arrivais pas à fermer l’œil, et pourtant, j’étais bel et bien fatigué, mais je ne pouvais dormir devant cette scène où devrai-je dire, ce cauchemar.