Orage (Bassin du Lez)

"Conditions météorologiques : cette année peut être qualifiée "d'année de sécheresse" malgré la hauteur des pluies. Année chaude malgré un hiver pluvieux, le printemps et I‘été suivants ont été secs et l'automne exceptionnellement pluvieux.

 

Les témoignages

Détails

En effet, la hauteur totale des pluies recueillie qui est de 1266 mm d'eau dépasse la normale (512 mm d'eau). C'est sans contexte la plus grande hauteur annuelle enregistrée depuis 1873.

Ces orages se transforment en trombes d'eau diluviennes du 24 au 30 septembre. Le 25 Septembre le sol est particulièrement sec, très rapidement il reçoit 152 mm d'eau. Déjà engorgé, le sol n'a pas la possibilité d'absorber les 316 mm d'eau tombée entre le 26 et le 30 Septembre (dont 33 mm d'eau en 15 minutes le 26 septembre à 23 heures30).

Les raisons de cette inondation sont les suivantes : tout d'abord la grande intensité des pluies qui se caractérisent par des orages et des averses torrentielles seulement séparés par des périodes d'accalmies relatives. A cela s'ajoute, la saturation des sols liée aux pluies du 6 au 25 Septembre et enfin aux pluies torrentielles du 26 septembre. Durant cette période, le vent souffle violemment et sa direction change souvent. Malgré cette rotation constante, tous les orages restent centrés sur la ville de Montpellier (les régions voisines ne sont touchées que par une partie de ces pluies). On peut aussi noter, une grande irrégularité des pluies et de nombreux crochets d'orage. Trois de ces crochets sont caractéristiques, ceux du :

- mardi 26 à 21 heures 30

- mercredi 27 à 21 heures

- jeudi 28 à 15 heures 45

Etant donné la faible étendue du Bassin du Lez (218 Km2), on peut supposer que le régime pluviométrique a été sensiblement le même pendant la période considérée. Il est facile alors de connaître la quantité considérable d'eau qui est tombée lors du sac d'eau du 26 septembre à 23 heures 30 : 7300 m3 seconde se sont abattus sur le bassin pendant 33 minutes. 
De plus, la mer démontée empêche fortement l'écoulement du LEZ à son embouchure et ce ralentissement du courant à l'amont a une fâcheuse répercussion sur le niveau des eaux.”

Type de risque

risque naturel

Nature de l'évènement

orage