Catastrophes

Rechercher par :

| naturelles,

Tempête Petra (Ouest)

La tempête Petra a frappé la façade atlantique et plus particulièrement la Bretagne dans la soirée du mardi 4 février, provoquant des dégâts sur les côtes et à l'intérieur des terres. Jusqu'à 40 000 foyers ont été privés d'électricité. Sur la côte basque, un cargo espagnol s'est échoué sur une digue à Anglet, provoquant le déclenchement d'un plan anti-pollution.

| naturelles,

inondations (Sud Est)

Crues majeures du Rhône et de ses affluents Début décembre 2003, les régions méditerranéennes ont connu un épisode pluvieux d’une très grande ampleur, à l’origine du débordement de nombreux cours d’eau, notamment le Rhône qui dans sa partie aval a connu une crue comparable à celle de 1856.

| naturelles,

inondations (Midi Pyrénées)

Cet épisode de pluies importantes est remarquable par sa durée et son ampleur sur le Tarn et l'Aude. Du 4 au 9 décembre, des basses pressions s'installent en Méditerranée. Un flux d'est à nord-est faible à modéré s'établit sur la région et des chutes de pluies importantes se produisent sur les Cévennes, le sud de l'Aveyron et le sud-est du Tarn.

| naturelles,

inondations (Bassin du Lez)

“Conditions météorologiques : le mois de septembre est marqué par de fortes précipitations, en particulier les 11 et 12 septembre. Un vent de sud important souffle avec des vitesses moyennes situées entre 30 à 45 Km/heure. On peut remarquer, d'après l'analyse de limnigraphe de Lavalette, que les hauteurs d'eau sont passées, de 0 mètre 56 à 17 heures 30 à 2 mètres 30 à 19 heures puis, à 4 mètres 25 à partir de 20 heures 45 et enfin, à 4 mètres 40 à 21 heures 45. Les graves inondations commencent dans la nuit du 23 au 24 septembre 1976 provoquées par des pluies torrentielles observées au cours de l'après midi et de la soirée dans la région du Pic Saint Loup.

| naturelles,

Crues de l'Ain (Rhône Alpes- Doubs)

Le mois de février 1957 est très pluvieux. On relève sur le bassin de l’Ain des cumuls mensuels deux fois supérieurs à la moyenne climatologique. Les averses très abondantes des 23 et 24 février 1957 sont associées à la fonte des neiges sur le massif du Jura. On enregistre sur le Doubs un débit de 420 m3/s à Goumois avec une montée rapide (+5 m en 36 heures à Villers-le-Lac). La concomitance des fortes crues du Gland, de la Savoureuse, de l’Allan et de la Lizaine aggrave la situation à Montbéliard. On relève 1300 m3/s à Besançon. La situation est très inquiétante sur la Loue.