Catastrophes

Rechercher par :

| technologiques,

Catastrophe Tchernobyl (France métro)

Le réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl a explosé le 26 avril 1986, dispersant un nuage radioactif sur de nombreux pays, notamment la France. Le passage des masses d’air contaminées entre le 29 avril et le 5 mai 1986 a notamment déposé de l’iode 131 et du césium 137. Ce dernier isotope a une période de 30 ans – la période représentant le temps nécessaire pour que la moitié des atomes présents dans un échantillon se désintègre ; il faut attendre 300 ans pour que la radioactivité soit divisée par 1.000. Le césium 137 se retrouve dans les sols, les minéraux et s’immisce ainsi dans la chaîne alimentaire ; il présente la propriété de se fixer sur les os, dans les muscles et les tissus mous. Si plusieurs Etats ont rapidement pris des mesures pour protéger leurs populations, la France n’a pas incliné en ce sens. Au début du mois de mai 1986, le responsable du Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI), le professeur Pierre Pellerin, affirmait même que la santé publique n’était absolument pas menacée et que les prises d’iode à titre préventif n’étaient pas opportunes ni davantage justifiées. Prenant le contrepied de cette posture officielle, la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD) était fondée à la même période à l’initiative de citoyens désireux de percer la réalité de la contamination du territoire français par le nuage de Tchernobyl.

| sanitaires,

Début de l'épidémie de SIDA

En juin 1981, des scientifiques des Etats-Unis signalent les premières manifestations cliniques d’une maladie que l’on connaîtra bientôt sous le nom de syndrome d’immunodéficience acquise ou SIDA. Les premiers cas d’une insolite défaillance du système immunitaire sont observés parmi des hommes gay, des femmes et des consommateurs de drogues injectables. Dès 1982, les trois modes de transmission sont précisés : le sang, la transmission mère-enfant et les rapports sexuels. En 1983, en France, le Professeur Luc Montagnier isole le virus associé à la lymphadénopathie (LAV), désigné plus tard sous le nom de virus de l’immunodéficience humaine ou VIH. Vingt-cinq ans plus tard, l’épidémie de SIDA s’est répandue partout dans le monde. Environ 40 millions de personnes vivent aujourd’hui avec le VIH et plus de 25 millions sont mortes du SIDA

| sanitaires,

Interdiction Distilbène

En France, commercialisé sous les noms de Distilbène® ou de Stilboestrol-Borne®, le DES a été utilisé de 1948 à 1977 pour le traitement des grossesses à risque. [...] On estime qu'en France 200 000 femmes ont été traitées, donnant naissance à 80 000 filles et 80 000 garçons. [...] De nombreuses études ont mis en évidence des conséquences chez les enfants exposés au DES in utero. Chez les filles, on note une incidence accrue de certains cancers du vagin comme l'ACC, de nombreuses anomalies cervicales et vaginales...

| sanitaires,

Affaire talc Morhange (France)

L'affaire débute en août 1972 par la mort inexpliquée de plusieurs nourrissons à Paris et en province. Une enquête menée par l'INSERM établit que ces morts sont dues au talc Morhange et à la présence dans celui-ci d'hexachlorophène, un puissant bactéricide, en concentration excessive.

| naturelles,

inondations (Charente)

Le 28 octobre 1960, des pluies diluviennes causent, en Charente et Charente-Maritime, des dégâts importants sur le sud de la Saintonge et plus particulièrement sur la région de Saint-Aigulin : une vingtaine de ponts emportés, de nombreuses routes coupées, des maisons évacuées.

| naturelles,

violents orages (Limousin)

Orages sur le Cher, la Creuse et la Haute-Vienne Dans la nuit du 15 au 16 juillet 1958, des orages et des pluies très violentes s'abattent sur un axe allant de la Creuse jusqu'à l'Indre et la moitié ouest du Cher.