1993-Inondations (Oise et Marne)

Des précipitations exceptionnelles de septembre 1993 à janvier 1994 provoquent des crues remarquables de l'Oise et de la Marne.

 

Les témoignages

Soyez le premier à témoigner sur cette catastrophe

Détails

De début 1989 jusqu'en mars 1993, le déficit chronique des précipitations, principalement en périodes hivernales, affecte le débit des rivières et des fleuves, et le niveau des nappes phréatiques.

Les pluies du printemps et de l'été, globalement excédentaires ne sont toutefois pas de nature à influer sur le débit des cours d'eau.

En revanche les épisodes pluvieux de septembre-octobre et de décembre-janvier seront exceptionnels en de nombreuses régions.

Sur de larges zones des bassins de l'Oise et de la Marne, les fortes précipitations de décembre 1993, qui se prolongent en janvier 1994, ne peuvent guère être absorbées par un sol abondamment arrosé en début d'automne. Les crues débutent dès la mi-décembre sur les bassins amont de l'Aisne et de l'Oise, et se généralisent fin décembre et début janvier.

Décembre 1993 est le mois le plus pluvieux depuis près de 50 ans avec des records de pluie observés sur le bassin versant de l'Oise, surtout dans la partie amont de son principal affluent, l'Aisne.

Le record sur les deux mois glissants décembre 1993-janvier 1994 est atteint à Erneville-aux-Bois (224 mm) dans la Meuse, à Ressons-le-Long (241 mm) et Eparcy (364 mm) dans l'Aisne, à Sézanne (243 mm) dans la Marne, et à Villiers-le-Sec (375 mm) en Haute-Marne.

Le bilan sur la période septembre 1993-janvier 1994 demeure également éloquent. Le record sur cinq mois glissants est observé à Erneville-aux-Bois (347 mm), Ressons-le-Long (455 mm) et Eparcy (665 mm) sur le bassin de l'Oise, mais également à Châtillon-sur-Seine (621 mm) en Côte-d'Or.

Meteo France

Les ressources

 

Type de risque

risque naturel

Nature de l'évènement

inondation