Crash aérien A320 (Alpes Hte Provence)

Un Airbus A320-211 s'est écrasé près de la commune de Prads-Haute-Bléone (Alpes de Haute-Provence, France). L'avion, immatriculé D-AIPX, exploité par Germanwings, vol GWI18G, effectuait la liaison Barcelone (Espagne) - Düsseldorf (Allemagne). Il avait à son bord, selon les informations de la compagnie aérienne, 144 passagers et 6 membres d'équipage. Sept enquêteurs du BEA accompagnés de conseilleurs techniques d'Airbus et de CFM International, se rendent sur le site de l'accident. Ils seront rejoints par une équipe d'enquêteurs du BFU, Bundesstelle für Flugunfalluntersuchung, homologue allemand du BEA.

 

Les témoignages

Les images

Méolans-Revel, Trois-Évêchés NO et Dent
Méolans-Revel, Trois-Évêchés NO et Dent

Les vidéos

Détails

Le 24 mars 2015, vers 10 h 15, le centre de contrôle en route de Marseille a informé le BEA de l’accident d’un avion de type Airbus A320, immatriculé D-AIPX survenu lors du survol des Alpes françaises. Conformément aux dispositions du règlement (UE) n° 996/2010 du Parlement européen et du Conseil du 20 octobre 2010 sur les enquêtes et la prévention des accidents et des incidents dans l’aviation civile, une enquête de sécurité a été aussitôt ouverte par le BEA.
Une équipe de sept enquêteurs du BEA s’est rendue sur le site de l’accident le 24 mars dans l’après-midi. En coordination avec les autorités en charge de l’enquête judiciaire, et avec l’aide de moyens héliportés de la gendarmerie, les enquêteurs de sécurité ont pu accéder au site dès le lendemain. Le CVR a été retrouvé dans l’après-midi du 24 mars 2015 et transféré le lendemain au BEA pour exploitation. Après extraction des données puis écoute des enregistrements, il est apparu au BEA qu’un acte d’intervention illicite avait probablement joué un rôle dans l’accident. Le règlement européen n° 996/2010 et l’accord préalable relatif aux enquêtes de sécurité entre le ministère de la Justice et le BEA du 16 septembre 2014, prévoient que, dans une telle situation, les éléments pertinents recueillis au cours de l’enquête de sécurité doivent être immédiatement communiqués aux autorités judiciaires, et que le BEA peut décider de poursuivre l’enquête de sécurité, ce qu’il a fait.
...
Le site de l’accident est localisé en montagne, sur la commune de Prads-Haute- Bléone (04) à 1 550 m d’altitude. L’épave s’est fragmentée en de nombreux débris répartis sur une surface de 4 hectares dans une ravine rocheuse en pente. Les plus gros éléments de l’avion mesurent environ 3 à 4 m de long.
Le site présente sur sa partie basse, à environ 20 m en amont de la ravine, une zone où la végétation a été arrachée, des troncs ont été déracinés, des branches d’arbres ont été rompues et le sol a été labouré. Des éléments appartenant à la voilure de l’avion et son fuselage sont localisés dans cette zone. A part cette zone et le champ final de débris, aucun autre contact avec l’environnement n’a été observé autour du site de l’accident. Sur le site, des éléments appartenant à toutes les parties de l’avion ont pu être identifiés. L’un des moteurs s’est rompu en de nombreux morceaux sur la ravine principale. Les débris de l’autre moteur ont été retrouvés, groupés, dans la ravine principale ouest.
...
Les premiers éléments de l’enquête indiquent que, pendant la phase de croisière, le copilote s’est retrouvé seul dans le poste de pilotage. Il a alors intentionnellement réglé les consignes du pilote automatique pour commander une descente de l’avion jusqu’à la collision avec le relief. Il n’a pas ouvert la porte du poste de pilotage pendant la descente, malgré la demande d’accès via le clavier numérique, les appels depuis l’interphone de la cabine et les coups frappés à la porte.
...
La violence de la collision avec le relief a entraîné le décès instantané de tous les occupants de l’avion.

Textes extraits de :

Les ressources

 

Type de risque

risque anthopique

Nature de l'évènement

crash aérien