Crues (Haute Savoie)

L’automne 1895 est particulièrement humide. On relève en octobre 143 mm de pluie en 11 jours à Bonneville, 143 mm en 12 jours courant novembre. A Annemasse, on enregistre pour octobre 112 mm de pluies en 7 jours, et pour novembre, en 10 jours. L’Arve connaît une crue extraordinaire le 13 novembre, dont le niveau atteint 2.97 m au pont de Bonneville. Le 14, l’Ain est à 3.03 m à Pont d’Ain et 4.10 m à Chazey.

 

Les témoignages

Soyez le premier à témoigner sur cette catastrophe

Détails

De nombreux affluents torrentiels, dont celui d'Anglenaz (rive droite de l'Arve), sont en crue suite à la fois aux précipitations et à la fonte des neiges. Ils déposent une quantité considérable de sédiments dans la plaine sur une étendue de plus de 30 hectares, contribuant à l'inondation de la vallée. Le débordement de l’Arve endommage ou détruit différents ouvrages de la route nationale n°202. Les réparations s’élèvent à 11 500 francs. La crue cause également des dommages au chemin de grande communication n°11 de Chamonix au Valais. La dépense faite pour remettre cette voie en état est de 4 490 francs. Le village du Tourchet est affecté par une importante lave torrentielle (30 mètres de large et 10 mètres de hauteur). L'Arve emporte la digue rive droite en aval de St-Martin et divague dans la plaine jusqu'à Luzier. A Bonneville, le faubourg de la Liberté est inondé et les habitants ont juste le temps d’évacuer leurs bestiaux. La plaine de Pontchy, de Sallanches et de Magland est submergée. En aval, l’usine électrique d’Arthaz est détruite par le courant. A Morillon et à Samoëns, le Giffre déborde. Sous Taninges, il affouille une digue en construction à Jutteninge. Le 12 novembre, le Fier détruit deux hectares de bois à Meythet.

Textes extraits de :

Les ressources

Documents associés

 

Type de risque

risque naturel

Nature de l'évènement

inondations